Thu Sep 14, 2017 7:17AM
Le Hamas a entamé la construction d'une nouvelle zone tampon le long de la frontière sud avec l'Égypte. ©AFP
Le Hamas a entamé la construction d'une nouvelle zone tampon le long de la frontière sud avec l'Égypte. ©AFP

L’Égypte hésite toujours : Sissi se rapproche du Hamas et s’éloigne d’Israël mais ne sait encore comment s’y prendre avec l’Iran. 

Selon Al Akhbar, les relations entre le Hamas et le Caire sont entrées dans une nouvelle phase pour se transformer en une profonde amitié, mais les soucis sécuritaires persistent toujours. Le dossier palestinien avec ses hauts et ses bas (cessez-le-feu, affaire des prisonniers, réconciliation) reste un enjeu essentiel pour le gouvernement de « Abdel Fattah al-Sissi » qui refuse de réduire l’Égypte en une simple voie de passage par où transiteraient les dirigeants du Hamas vers d’autres pays du monde.

Selon le journal Al Akhbar, après le voyage de plusieurs cadres du Hamas en Égypte, c’est désormais le tour de « Ismaël Haniyeh », chef du bureau politique du Hamas de se rendre au Caire pour la première fois depuis son élection. Le commandant des brigades Qassam, « Yahya al-Sinouar », qui dirige le bureau du Hamas à Gaza fait aussi partie de cette délégation.  

Et le journal ajoute : « Au cours de sa première visite en Égypte, Sinouar s’est refusé de se soumettre aux exigences des services de renseignement égyptiens et pourtant le Caire n’a pas voulu rompre ses relations avec le Hamas. Sinouar aurait demandé au Caire de faciliter le voyage de ses dirigeants à l’étranger via l’Égypte, demande qui n’a toujours pas été exaucée. Le Caire souffle pour le moment le chaud et le froid, cherchant visiblement à peser le pour et le contre dans ce qui pourrait être qualifié de processus de rapprochement Iran/Hamas. Au cas où le Caire donnerait son autorisation, les dirigeants du Hamas pourraient, ainsi qu’ils le désirent, effectuer des voyages dans plusieurs pays dont, l’Iran, le Liban et la Turquie ».

L’Égypte s’oppose-t-elle à une reprise des relations Iran-Hamas ?

Le journal répond : « Pour le moment, l’Égypte a autorisé le bureau politique de Hamas d’organiser, au Caire, son premier congrès qui devrait choisir le directeur adjoint du bureau politique. Le feu vert du Caire à la tenue de cette réunion est un bon signe. Les Égyptiens se montrent aussi favorables à l’ouverture du point de passage de Rafah à raison de deux fois par semaine, un autre signe dans le sens d’un dégel des relations. Mais la plus importante évolution en cours est celle-ci : l’Égypte ne serait plus opposée à ce que la branche militaire du Hamas, brigades Qassam, amplifie ses capacités de combat. Mauvaise nouvelle pour Israël qui multiplie les défis à l’encontre de Sissi ».

Le ministère israélien des Affaires étrangères vient de lancer une consigne aux Israéliens pour qu’ils évitent de se rendre en Égypte, en Jordanie et en Turquie. C’est bien pire que cela, Israël se venge des tendances pro-Résistance de Sissi de la plus horrible des manières : les cellules terroristes se sont réactivées dans le Sinaï, multipliant des attaques contre l’armée et les forces sécuritaires égyptiennes.