Wed Aug 9, 2017 4:3PM
L'entrée de la ville d'Idlib, en Syrie. (Photo d'archives) ©AFP
L'entrée de la ville d'Idlib, en Syrie. (Photo d'archives) ©AFP

Un général de division retraité syrien a déclaré que les États-Unis, la France et Israël étaient restés bouche bée face à la récente victoire de la Résistance dans le jurd d’Ersal. 

Dans une interview exclusive accordée à Tasnim News, le général de division retraité syrien Mohammed Abbas a prévu des combats opposant, tôt ou tard, Israël à la Résistance, dans les hauteurs du Golan.

Le général de division Mohammed Abbas s’est attardé sur les grands acquis du Hezbollah, appuyé par l’armée syrienne, notamment la libération de la région libanaise du jurd d’Ersal : « Cette coalition puissante et efficace, composée des combattants de la Résistance et de l’armée régulière syrienne, accumule les victoires en série et constitue aujourd’hui une importante puissance militaire qui époustoufle non seulement les ennemis, mais ses alliés aussi. »

Il a ensuite affirmé qu’Israël était « abasourdi » de voir des hommes capables de se battre sur des terrains difficiles, y compris les régions montagneuses et les vallées labyrinthiques, munis d’une technologie de pointe en matière militaire et qui sont capables de vaincre les groupes terroristes soutenus par les États-Unis.

« À Ersal, les terroristes du Front al-Nosra ont essuyé un échec cuisant, alors qu’ils pensaient que leurs fortifications pouvaient les protéger face à l’armée syrienne et la Résistance », a expliqué cet expert des questions militaires.

Et d’ajouter : « Les militaires de l’armée syrienne et les combattants du Hezbollah ont attaqué les terroristes du Front al-Nosra depuis divers axes. Ces attaques ont mis les terroristes dans un désarroi inédit et réduit à néant leurs fortifications. En effet, toutes les fortifications militaires que les terroristes avaient érigées ont été détruites dès les premiers coups de la Résistance et de l’armée syrienne. »

Le général de division Mohammed Abbas. ©Tasnim

Interrogé sur la raison pour laquelle les terroristes expulsés d’Ersal se sont rendus à Idlib, l’ex-général syrien a répondu que Idlib était une ville frontalière : « Les terroristes imaginent qu’il sera plus facile de se rendre en Turquie et par là en Europe, s’ils se déplacent vers Idlib. Ils auraient alors pour mission de reprendre leurs actions malveillantes contre les gouvernements syrien et libanais. Certains tentent d’exploiter les éléments du Front al-Nosra qui habitent actuellement à Idlib avant qu’ils ne soient abattus par la Turquie ou le Qatar qui prétendent lutter contre le terrorisme au lieu de le soutenir. Ce scénario à l’américaine qui a pour but de faire croire que les États-Unis lutteraient contre le terrorisme aura lieu bientôt. À vrai dire, il est possible de transférer Daech et le Front al-Nosra ailleurs, mais Washington, Ankara et leurs alliés régionaux comptent les exploiter jusqu’à la moelle. »

L’ex-général de division Mohammed Abbas a évoqué la récente opération militaire de l’armée syrienne à al-Soukhna et la libération de cette ville des mains des terroristes takfiristes comme un exploit de l’armée syrienne : « Al-Soukhna était un important fief de Daech par lequel il empêchait l’armée syrienne d’atteindre Deir ez-Zor. C’est pourquoi l’armée syrienne a franchi un pas de géant en reprenant le contrôle de cette ville stratégique », a-t-il conclu.