Thu May 18, 2017 4:3PM
Emmanuel Macron et Angela Merkel vont-ils s’aligner sur la plan de Trump ? ©Getty images
Emmanuel Macron et Angela Merkel vont-ils s’aligner sur la plan de Trump ? ©Getty images

Reuters évoque dans un rapport l’opposition de la France et de l’Allemagne au projet proposé par les États-Unis prévoyant l’accroissement du rôle de l’OTAN dans la lutte anti-Daech en Irak et en Syrie.

En soulignant le dédain de la France et de l’Allemagne envers ce projet américain, Reuters rapporte que de nombreux membres de l’Alliance s’attendent à ce que ce nouveau plan américain soit évoqué jeudi prochain à Bruxelles.

La semaine prochaine, le président américain Donald Trump assistera pour la première fois au sommet de l’OTAN qui se tiendra dans la capitale belge, Bruxelles. Mais certains alliés de l’OTAN évoquent déjà le cynisme de la France et l’Allemagne.

Dans diverses déclarations, Donald Trump a plaidé pour une intensification du rôle de l’OTAN dans la lutte anti-Daech.

La France et l’Allemagne ont témoigné du dédain quant à cette suggestion, car elles craignent de se voir entraîner encore une fois dans une guerre onéreuse et sans issue, comme celle de l’Afghanistan. Un geste qui est à même de heurter la sensibilité des pays arabes et encourt les risques d’une confrontation avec la Russie.

Un haut diplomate de l’OTAN a affirmé que l’inquiétude de l’Allemagne et de la France s’est transmise à leurs deux voisins en l’occurrence, l’Italie et la Grèce, indiquant : « Ils ne sont pas preneurs de ce projet. »

Évoquant la coalition anti-daech composée de 68 pays dirigés par les États-Unis, y compris tous les membres de l’OTAN, ce haut responsable a déclaré : « Ils veulent savoir quelles seront les différences que ce plan engendrera, sachant que tous les 28 alliés de l’OTAN faisaient déjà partie de l’entreprise. »

Les responsables allemands et français se sont refusés à tout autre commentaire, mais lors d’une réunion la semaine dernière avec le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, la chancelière allemande Angela Merkel a rejeté toute implication militaire de l’OTAN en Syrie et en Irak.

À noter qu’Emmanuel macron, le nouveau président de la France, devrait rencontrer son homologue américain, Donald Trump, avant le sommet de l’OTAN à Bruxelles, jeudi prochain.