Mon Mar 20, 2017 11:45AM
Un démineur russe en pleine action dans la ville d'Alep, en décembre 2016. ©Sputnik
Un démineur russe en pleine action dans la ville d'Alep, en décembre 2016. ©Sputnik

La Russie a confirmé ce lundi les informations selon lesquelles le ministère russe des Affaires étrangères aurait convoqué l'ambassadeur israélien en poste à Moscou. Le diplomate israélien avait été sommé de s'expliquer sur la frappe aérienne de vendredi de quatre chasseurs israéliens en territoire syrien. 

Le raid en question a visé, selon la version israélienne, "un convoi militaire transportant des armes à destination du Hezbollah". 

Le vice-ministre russe des AE, Mikhaïl Bogdanov a confirmé avoir convoqué Gary Koren pour lui faire part de "vives inquiétudes" de Moscou au sujet des frappes contre la ville libérée de Palmyre. Selon Interfax qui reprend cette information, " la ligne de contact qui existe entre Israël et la Russie devra mieux fonctionner pour éviter tout malentendu ", a ajouté Bogdanov, en allusion à ce qu'Israël ne cesse de qualifier de "coordinations russo-israéliennes en Syrie". 

Interrogé par la presse, l'attaché politique de l'ambassade israélienne en Russie a refusé de commenter la convocation de l'ambassadeur Gary Koren au ministère russe des AE. 

La frappe de l'aviation israélienne de vendredi a activé les batteries de missiles S200 syriennes. L'un des missiles a atteint sa cible dans le ciel israélien et a provoqué le crash de l'un des quatre chasseurs ayant participé au raid à Palmyre. Le bouclier anti-missile israélien Arrow s'est avéré incapable d'intercepter le missile syrien. 

Les toutes récentes informations obtenues au sujet de la riposte syrienne au raid d'Israël révèlent que les soldats russes se trouvaient à proximité de la base militaire visée dans la banlieue de Palmyre.