Sun Jan 29, 2017 8:51AM
L'armée américaine veut être déployée dans le nord de la Syrie dans le cadre d'un plan qui prévoit davantage de coordinations avec la Russie dans la lutte contre Daech ©AFP
L'armée américaine veut être déployée dans le nord de la Syrie dans le cadre d'un plan qui prévoit davantage de coordinations avec la Russie dans la lutte contre Daech ©AFP

En dépit des discours à la teneur nettement anti-Daech du nouveau président US, le groupe terroriste a évité de réagir, ce qui suscite bien des questions. 

Au cours de son discours d'investiture, Donald Trump a prêté serment et s'est engagé à "anéantir le groupe terroriste Daech". Il a qualifié les membres de ce groupe terroriste de "traîtres et de sales rats" mais ces propos d'une rare violence n'ont suscité aucune réaction de la part du groupe en question, par le passé si prompt à réagir au moindre discours hostile à son encontre par enregistrement sonore ou vidéo interposés. 

Le journal Washington Post revient d'ailleurs sur cet "étrange silence" et écrit : "Ce groupe belliqueux s'est fait bien connaître du monde entier par ses messages vidéo et sonore mais on se demande comment se fait-il qu'il a conservé un si grand silence après un si violent discours du président Trump, truffé d'injures et de menaces contre Daech." 

Les terroristes takfiristes de Daech ne se sont pas jusqu'à présent exprimés sur la présidence Trump, ses plans et son action. 

Investi le 20 janvier dans son poste à la tête de l'administration américaine, Donald Trump vient de signer un décret qui interdit aux ressortissants de 7 pays majoritairement musulmans toute entrée sur le sol américain. L'Arabie saoudite , pays qui fournit le gros des troupes de Daech ne figure paradoxalement pas au nombre des États dont Trump sanctionne les citoyens. 

Sous prétexte de se battre contre Daech, le nouveau président US a mis en avant un plan d'action qui prévoit outre une autonomisation des Kurdes de Syrie, l'ouverture d'une base militaire et le déploiement de troupes américaines en territoire syrien. 

Tout au long de sa campagne électorale, Trump a accusé l'administration démocrate d'avoir créé Daech en "retirant les soldats américains d'Irak".