Tue Nov 1, 2016 5:48PM
WikiLeaks: Hillary Clinton recevait à l'avance les questions des débats. ©RT/Reuters #Hillary
WikiLeaks: Hillary Clinton recevait à l'avance les questions des débats. ©RT/Reuters #Hillary

À une semaine des élections présidentielles américaines, une nouvelle révélation façon WikiLeaks a chauffé la course aux accusations mutuelles des deux candidats principaux à la Maison Blanche.

Le site WikiLeaks a publié le 31 octobre des courriels d’après lesquels la candidate démocrate Hillary Clinton a reçu à l'avance les questions qui lui ont été posées lors des débats de la primaire démocrate. Ce qui confirme les accusations lancées par Donald Trump.

Un des courriels publiés par WikiLeaks est rédigé par l'actuelle présidente intérimaire du Parti démocrate, Donna Brazile et s’adresse au responsable de la campagne d'Hillary Clinton, John Podesta, et à la directrice de la communication de la candidate, Jennifer Palmieri.

Le message date du 5 mars, veille d'un débat qui s'est déroulé à Flint, une ville située au nord des États-Unis, connue comme étant le symbole d'injustices sociales dans le pays. Le réseau hydraulique de cette ville est gravement contaminé par le plomb.

Dans cet important courriel, Donna Brazile qui travaillait comme commentatrice sur la chaîne CNN avertit en quelque sorte sur l’ampleur de cette affaire: «Une des questions qui sera posée à HRC [Hillary Rodham Clinton] proviendra d'une femme qui a une éruption cutanée. »

«Sa famille a été empoisonnée au plomb et elle demandera ce qu'Hillary pourrait faire pour les gens de Flint si elle devient présidente.»

Le lendemain, Hillary Clinton avait été interrogée lors du débat par une femme qui s'était plainte des problèmes cutanés de sa famille, même si les termes de la question énoncée étaient sensiblement différents.

Dans un autre message datant du 12 mars, veille d'un débat organisé par CNN, Donna Brazile promet à Jennifer Palmieri d'en «envoyer quelques-unes supplémentaires», en faisant très vraisemblablement référence aux questions du débat.

Et pour combler tout cela, dans un autre e-mail récemment divulgué, Donna Brazile avait écrit : «De temps en temps, j'obtiens les questions à l'avance.»

Dans ce même message, elle sous-entendait que Mme Clinton se verrait poser une question sur la peine de mort.

Et après ces révélations, la chaîne CNN a affirmé que Donna Brazile avait présenté sa démission. Elle a écrit ces quelques mots dans un tweet le 31 octobre :

«Merci CNN. Honorée d'avoir été une politologue et commentatrice démocrate sur votre chaîne.»

Depuis des semaines, Trump accuse Clinton d’être informée à l’avance des questions des débats dans la campagne de la primaire démocrate face à son principal concurrent Bernie Sanders.

Avec Le Monde, AFP et AP